toilettesaparis.com

Recycler son urine : à Paris, des drôles de toilettes

Les drôles de toilettes de la société Ecosec, permettant le recyclage des urines, ont été inaugurées début août à Paris.

Ces drôles de toilettes de la société Ecosec permettent de recycler les urines des utilisateurs afin de servir d'engrais naturel. Publié le 17 août 2020
Ce sont des toilettes qui font réagir sur les réseaux sociaux depuis leur installation. Et pour cause, ces « naturinoirs » comme l’appellent leurs concepteurs, posés sous le viaduc du métro de la ligne 2, entre Barbès et La Chapelle, dans le 18e arrondissement de Paris (voir la localisation précise), permettent le recyclage de l’urine afin d’arroser le massif de plantes qui y fait face et de produire de la biomasse. En bref, l’urine de l’utilisateur est réutilisée pour arroser les plantes et faire de l’engrais de façon écologique.
Cette invention, on la doit à Ecosec, une entreprise originaire de Montpellier (Hérault) qui s’est lancée le défi de conquérir les villes avec ses toilettes écologiques, simples à installer (sans se raccorder à l’eau ni à l’électricité, notamment) et avec peu de maintenance. C’est cette même entreprise qui avait déjà installé, en mars, boulevard de Stalingrad (voir la localisation précise), dans le 18e arrondissement déjà, sa « parisette », une toilette accessible aux personnes handicapées et disposant d’un réservoir permettant de stocker urine et plus gros paquets pour les récupérer et les retraiter.
Ces toilettes écologiques, accessibles aux personnes handicapées, avaient été posées en mars.
Sur un document publié sur son site Internet, détaillant le fonctionnement de ses « naturinoirs », Ecosec se fait plus prolixe sur son dispositif. Urinoirs « haut de gamme, anti-vandalisme et hygiénique », précise l'entreprise, dévoilant la présence « d’un système anti-odeur » notamment grâce à un substrat, à l’intérieur des urinoirs, en chabasite, une roche volcanique qui piège les odeurs. À l’épreuve, cela est plus compliqué : mi-août, lorsque nous nous y sommes rendus, il y avait bel et bien une odeur d’urine… Peu agréable.

Des plantes arrosées avec l'urine

Les plantes sont arrosées continuellement grâce à un système spécialement conçu. Un réservoir rempli d’eau permet de venir en complément de l’urine afin d’offrir de meilleurs résultats. « Les plantes captent les nutriments de l’urine et permettent l’évaporation des 95% de l’eau qu’elle contient, précise Ecosec.. L’urée de l’urine est alors transformée naturellement en un puissant fertilisant 100% bio, dont les plantes adaptées se nourrissent au bénéfice d’une croissance accélérée. »

La présence d’un panneau solaire, alimentant une batterie, « connecte » l’urinoir permettant une gestion autonome de l’infrastructure avec un contrôle à distance de l’apport aux plantes et une vérification instantanée des niveaux de stockage de l’urine et de l’eau. L’entretien est minime puisque, selon Ecosec, une intervention par mois suffit pour vider le surplus d’urine et remplir le réservoir à eau.

Une invention innovante, mais qui devra faire son chemin dans la tête des Parisiens. Dès leur inauguration, début août, ces « naturinoirs » ont été très critiqués sur les réseaux sociaux. Résisteront-ils à la tempête ? Ecosec est resté de marbre face aux critiques, précisant uniquement qu’une version féminine était dans les cartons...

Statistiques

728 toilettes accessibles au public, dont 24 payantes, sont actuellement référencées sur toilettesaparis.com. 463 sont actuellement ouvertes. Parmi toutes les toilettes publiques référencées à Paris, 578 sont accessibles aux personnes handicapées ou à mobilité réduite (soit 80 % de toutes les toilettes).

Nos articles

Cathédrale Notre-Dame de Paris

Cathédrale Notre-Dame de Paris

Place de la Nation

Place de la Nation

Parc Montsouris

Parc Montsouris

Comment nous trouver / FAQ / Facebook / Contact