toilettesaparis.com

Ces vespasiennes sont les plus anciennes toilettes publiques de Paris encore en fonction

Dans le 14e arrondissement, on retrouve un vestige toujours en fonction des anciennes et premières toilettes publiques de Paris.

Ce sont les dernières vespasiennes, ancêtres des toilettes publiques et des sanisettes, encore en fonction à Paris. Publié le 4 septembre 2020
C’est un souvenir d’antan pour certain, un ovni pour d’autre. C’est dans le 14e arrondissement que repose ce dernier vestige d’une époque aujourd’hui révolue... Juste à côté de la prison de la Santé, on peut en effet voir les dernières vespasiennes encore « en fonction » de la capitale. Créées à partir des années 1830, ces toilettes publiques d’un autre temps - de simples urinoirs cachés par plus ou moins de surface dans l’espace public - ont toutes été remplacées, à partir des années 1980, par des sanisettes... sauf ici.
C’est à une toute autre époque que furent installées les premières vespasiennes dans la capitale. Paris était alors sale et manquait cruellement d’hygiène. Sans toilette, chacun faisait ses besoins là où il pouvait, soit un peu partout. Quand on marchait, on devait éviter tout type de crottes : les crottes de chevaux, les crottes de chiens et les crottes humaines... En 1834, le préfet de Seine décide donc de faire installer « 478 barils d’aisance » dans tout Paris qui furent ensuite appelés « colonne vespasienne », mais aussi « baie », « tasses », « Ginette » ou encore « pissotière », un terme qui est encore aujourd’hui utilisé.

Une odeur intempestive

Les vespasiennes du boulevard Arago sont simples : deux urinoirs qui se font face, séparé par une paroi, sans porte ni eau. Vous ne tirez pas la chasse d’eau : il n’y en a pas. Une balade autour de ces vespasiennes montrent d’ailleurs pourquoi elles ont été retirées et progressivement remplacées par des sanisettes : l’odeur d’urine est intempestive et l’infrastructure demande un entretien régulier (sans quoi les déchets, comme nous avons pu le constater, s’y entasse).
Les vespasiennes, boulevard Arago, à Paris.
L’arrivée des sanisettes, et la disparition des vespasiennes dans la capitale, votée en 1961 au conseil municipal de Paris, a aussi permis à toute une frange de la population, jusque-là mis à l’écart, de pouvoir faire ses besoins avec dignité : les femmes. Bien que peu ragoûtantes, ces vespasiennes ont été à l’origine de l’installation de toilettes dans l’espace public, et pour ça : merci !

Des sanisettes plus confortables

Si ces vespasiennes du boulevard Arago restent un vestige, des vraies sanisettes ont été installées sur le trottoir d’en face. Une manière de permettre à tous de se soulager avec un peu plus de confort. Et les vespasiennes ne sont pas encore totalement mortes : il n’est pas rare que l’on voit à Paris des urinoirs mobiles auprès desquels les hommes jouent des coudes pour uriner… 

Statistiques

728 toilettes accessibles au public, dont 24 payantes, sont actuellement référencées sur toilettesaparis.com. 463 sont actuellement ouvertes. Parmi toutes les toilettes publiques référencées à Paris, 578 sont accessibles aux personnes handicapées ou à mobilité réduite (soit 80 % de toutes les toilettes).

Nos articles

Arc de triomphe

Arc de triomphe

Parc de Bercy

Parc de Bercy

Gare Montparnasse

Gare Montparnasse

Comment nous trouver / FAQ / Facebook / Contact